Victor Marie Hugo

Victor Marie Hugo Poems

  • 251.  
    Je suis l'esprit, vivant au sein des choses mortes.
    Je sais forger les clefs quand on ferme les portes ;Je fais vers le désert reculer le lion ;
  • 252.  
    Of what does this poor exile dream?
    His garden plot, his dewy mead,Perchance his tools, perchance his team,â??
  • 253.  
    I
    Mets-toi sur ton séant, lève tes yeux, dérange Ce drap glacé qui fait des plis sur ton front d'ange,
  • 254.  
    C'était la première soirée
    Du mois d'avril.Je m'en souviens, mon adorée.
  • 255.  
    [CROMWELL, Act III. sc. iv.]

  • 256.  
    Chaque enfant qu'on enseigne est un homme qu'on gagne.
    Quatrevingt-dix voleurs sur cent qui sont au bagne Ne sont jamais allés à l'école une fois,
  • 257.  
    Cheer, courtiers! round the splendid spread,â??
    The board that groans with shame and plate;Still fawning to the sham-crowned head
  • 258.  
    Maintenant que Paris, ses pavés et ses marbres,
    Et sa brume et ses toits sont bien loin de mes yeux ;Maintenant que je suis sous les branches des arbres,
  • 259.  
    Angel or demon! thou,â??whether of light
    The minister, or darknessâ??still dost swayThis age of ours; thine eagle's soaring flight
  • 260.  
    [HERNANI, ACT I.]

  • 261.  
    Tu viens d'incendier la Bibliothèque ?

  • 262.  
    I

  • 263.  
    [LA PITIE SUPREME VIII., 1881.]

  • 264.  
    [HERNANI, Act I.]

  • 265.  
    J'étais seul près des flots, par une nuit d'étoiles.
    Pas un nuage aux cieux, sur les mers pas de voiles.Mes yeux plongeaient plus loin que le monde réel.
  • 266.  
    When with gigantic hand he placed,
    For throne on vassal Europe based.That column's lofty height,
  • 267.  
    Une brume couvrait l'horizon ; maintenant,
    Voici le clair midi qui surgit rayonnant ; Le brouillard se dissout en perles sur les branches,
  • 268.  
    La terre est au soleil ce que l'homme est à l'ange.
    L'un est fait de splendeur ; l'autre est pétri de fange.Toute étoile est soleil; tout astre est paradis.
  • 269.  
    Since justice slumbers in the abysm,
    Since the crime's crowned with despotism,Since all most upright souls are smitten,
  • 270.  
    Arbres de la forêt, vous connaissez mon âme!
    Au gré des envieux, la foule loue et blâme ;Vous me connaissez, vous! - vous m'avez vu souvent,
  • 271.  
    L'étang mystérieux, suaire aux blanches moires,
    Frisonne; au fond du bois la clairière apparaît ;Les arbres sont profonds et les branches sont noires ;
  • 272.  
    Merci, poète! -- au seuil de mes lares pieux,
    Comme un hôte divin, tu viens et te dévoiles ; Et l'auréole d'or de tes vers radieux
Total 272 poems written by Victor Marie Hugo

Poem of the day

Edward Lear Poem
Limerick:There Was An Old Lady Of Prague
 by Edward Lear

There was an Old Lady of Prague,
Whose language was horribly vague;
When they said, 'Are these caps?'
She answered, 'Perhaps!'
That oracular Lady of Prague.



...

Read complete poem

Popular Poets