Paul Verlaine Poems

  • 51.  
    Il est grave: il est maire et père de famille.
    Son faux col engloutit son oreille. Ses yeux,Dans un rêve sans fin, flottent insoucieux
  • 52.  
    Oft do I dream this strange and penetrating dream:
    An unknown woman, whom I love, who loves me well,Who does not every time quite change, nor yet quite dwell
  • 53.  
    Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
    D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime,Et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même
  • 54.  
    L'Océan sonore
    Palpite sous l'oeilDe la lune en deuil
  • 55.  
    [Note: L'auteur prévient que le rythme et le dessin
    de cette ritournelle sont empruntés à unpoème faisant partie du recueil de M. J.-T. de Saint-
  • 56.  
    The courtly serenaders,
    The beauteous listeners,Sit idling 'neath the branches
  • 57.  
    Les donneurs de sérénades
    Et les belles écouteusesÉchangent des propos fades
  • 58.  
    Vers les prés le vent cherche noise
    Aux girouettes, détail finDu château de quelque échevin,
  • 59.  
    Tu m'as, ces pâles jours d'automne blanc, fait mal
    A cause de tes yeux où fleurit l'animal,Et tu me rongerais, en princesse Souris,
  • 60.  
    A Léor Trézenik.

  • 61.  
    A Catulle Mendès.

  • 62.  
    La lune est rouge au brumeux horizon;
    Dans un brouillard qui danse, la prairieS'endort fumeuse, et la grenouille crie
  • 63.  
    Eloigné de vos yeux, Madame, par des soins
    Impérieux (j'en prends tous les dieux à témoins),Je languis et je meurs, comme c'est ma coutume
  • 64.  
    A Louis-Xavier de Ricard.

  • 65.  
    COMÉDIE DÉDIÉE A

  • 66.  
    Parmi l'obscur champ de bataille
    Rôdant sans bruit sous le ciel noir,Les loups obliques font ripaille
  • 67.  
    Les hauts talons luttaient avec les longues jupes,
    En sorte que, selon le terrain et le vent,Parfois luisaient des bas de jambe, trop souvent
  • 68.  
    Bah! malgré les destins jaloux,
    Mourons ensemble, voulez-vous?-La proposition est rare.
  • 69.  
    Chaque coquillage incrusté
    Dans la grotte où nous nous aimâmesA sa particularité,
  • 70.  
    A Albert Mérat.

  • 71.  
    A Edmond Lepelletier.

  • 72.  
    Like to a swarm of birds, with jarring cries
    Descend on me my swarming memories;Light mid the yellow leaves, that shake and sigh,
  • 73.  
    Comme un vol criard d'oiseaux en émoi,
    Tous mes souvenirs s'abattent sur moi,S'abattent parmi le feuillage jaune
  • 74.  
    La chambre, as-tu gardé leurs spectres ridicules,
    O pleine de jour sale et de bruits d'araignées?La chambre, as-tu gardé leurs formes désignées
  • 75.  
    Le tréteau qu'un orchestre emphatique secoue
    Grince sous les grands pieds du maigre baladinQui harangue non sans finesse et sans dédain
  • 76.  
    An ancient terra-cotta Faun,
    A laughing note in 'mid the green,Grins at us from the central lawn,
  • 77.  
    Un vieux faune de terre cuite
    Rit au centre des boulingrins,Présageant sans doute une suite
  • 78.  
    A Laurent Tailhade.

  • 79.  
    A Jean Moréas.

  • 80.  
    A Louis Dumoulin.

  • 81.  
    A batallas de amor campo de pluma.
    (CONGORA)
  • 82.  
    I am the Empire in the last of its decline,
    That sees the tall, fair-haired Barbarians pass,-the whileComposing indolent acrostics, in a style
  • 83.  
    A Georges Courteline.

  • 84.  
    Nature, rien de toi ne m'émeut, ni les champs
    Nourriciers, ni l'écho vermeil des pastoralesSiciliennes, ni les pompes aurorales,
  • 85.  
    A Léon Vanier.

  • 86.  
    The wind the other night blew down the Love
    That in the dimmest corner of the park So subtly used to smile, bending his arc,
  • 87.  
    Le vent de l'autre nuit a jeté bas l'Amour
    Qui, dans le coin le plus mystérieux du parc,Souriait en bandant malignement son arc,
  • 88.  
    Fardée et peinte comme au temps des bergeries,
    Frêle parmi les noeuds énormes de rubans,Elle passe, sous les ramures assombries,
  • 89.  
    A J.-K. Huysmans.

  • 90.  
    A Robert Caze.

  • 91.  
    A Jacques Madeleine.

  • 92.  
    A Louis-Xavier de Ricard.

  • 93.  
    A Armand Silvestre.

  • 94.  
    Nous sommes les Ingénues
    Aux bandeaux plats, à l'oeil bleu,Qui vivons, presque inconnues,
  • 95.  
    I

  • 96.  
    Powdered and rouged as in the sheepcotes' day,
    Fragile 'mid her enormous ribbon bows,Along the shaded alley, where green grows
  • 97.  
    A Germain Nouveau.

  • 98.  
    Le chagrin qui me tue est ironique, et joint
    Le sarcasme au supplice, et ne torture pointFranchement, mais picote avec un faux sourire
  • 99.  
    Off, be off, now, graceless pack:
    Get you gone, lost children mine:Your release is earned in fine:
  • 100.  
    En route, mauvaise troupe!
    Partez, mes enfants perdus!Ces loisirs vous étaient dus!
Total 167 poems written by Paul Verlaine

Poem of the day

To Daisies, Not To Shut So Soon
 by Robert Herrick

Shut not so soon; the dull-eyed night
Has not as yet begun
To make a seizure on the light,
Or to seal up the sun.

No marigolds yet closed are;
No shadows great appear;
Nor doth the early shepherds' star
...

Read complete poem

Popular Poets